Nous pouvons le faire

L'argent, la technologie et les compétences sont facilement accessibles.  Aucune nouvelle science n'est nécessaire, mais plutôt une volonté politique résolue.  Les Canadiens devraient arracher le contrôle de notre économie et de notre environnement aux mains de leurs abuseurs, ramener nos dirigeants à la raison et leur tenir responsables.

Les Canadiens veulent du changement

Un sondage de mai 2020 commandé par le Broadbent Institute (consultez [1]) montre que les Canadiens approuvent sans réserve une approche économique qui donne la priorité à la santé et au bien-être social, à l'augmentation des dépenses publiques, à la transition vers une économie à faibles émissions de carbone, à l'allégement de la dette et à une taxe sur la richesse :

  • Par une marge de 2 contre 1 (64 % à 36 %), les Canadiens veulent que les gouvernements dépensent tout ce qui est nécessaire pour reconstruire et stimuler l'économie, même si cela implique d'enregistrer des déficits ;
  • de nombreux Canadiens estiment que des parties essentielles de l'infrastructure de santé et de soins du Canada doivent être améliorées, en particulier le système de soins de longue durée ;
  • la plupart des Canadiens estiment qu'il est essentiel que la reprise économique rende le Canada plus autosuffisant et plus équitable ; que les personnes les plus riches contribuent le plus à l'économie ; que des investissements soient consentis dans le système de santé et en faveur des jeunes Canadiens ; et que la transition vers une économie sobre en carbone soit facilitée ;
  • 77 % sont favorables à ce que les gouvernements fournissent une aide financière et un allégement de la dette aux municipalités pour les aider à faire face aux déficits budgétaires ;
  • 3 Canadiens sur 4 (75 %) appuient la mise en place d'un impôt sur la fortune de 1 à 2 % de la valeur des actifs des personnes les plus riches du Canada pour aider à payer la reprise ; et
  • 8 Canadiens sur 10 (81 %) estiment que les entreprises bénéficiant d'une aide gouvernementale devraient être tenues de ne pas utiliser les paradis fiscaux étrangers, et de ne pas utiliser l'argent pour verser des salaires excessifs, racheter des actions ou augmenter les dividendes.

L'humeur politique des Canadiens est en train de changer profondément.  Les anciennes façons de gérer l'économie et d'organiser notre relation avec la terre ne fonctionnent plus.  Le Parti vert, sous la direction de Dimitri, donnera à la majorité progressiste des Canadiens une voix dans les coulisses du pouvoir.

Pouvoir au peuple : La démocratie économique comme principe directeur

Les Canadiens n'ont pas été maîtres de leur propre destin.  On nous refuse la démocratie dans la plus grande sphère de notre vie — notre économie.  Elle empêche nos préoccupations concernant l'urgence écologique de s'exprimer dans nos structures et nos pratiques économiques.  Une économie dominée par des sociétés privées ne peut pas s'attaquer à ces problèmes parce qu'elles privilégient le profit au détriment des besoins humains ou de la protection de la nature.

Nous remédierons à ces échecs par un système de démocratie économique, en nous appuyant sur des idées novatrices modernes pour mettre en place une économie socialiste qui est également une économie verte "circulaire".  En termes simples, elle rendrait à la nature ce qu'elle lui enlève.  La démocratie économique s'exprimera dans la gestion des entreprises (comme indiqué dans "‘Advancing Workers’ Rights in a Changing World of Work’") et dans notre système de planification d'un bien-être vert et juste.

Retourner à la plate-forme


[1] https://abacusdata.ca/what-kind-of-recovery-broadbent-institute/


Faites-nous savoir quand vous avez voté afin que nous puissions concentrer
les efforts de nos bénévoles sur les personnes qui n'ont pas encore voté.

Textez le mot "voté" au 647-360-6602 ou envoyez les mots "J'ai voté !" à info@teamdimitri.ca